4 étapes pour recycler et réutiliser son argile qui a durci

4 étapes pour recycler et réutiliser son argile qui a durci

Publié le : 21/01/2021 - Catégories : Tutorial

Vous avez acheté un pain d'argile (faïence, grès,...) mais avec le temps il a peu à peu durci et il n'est plus utilisable ? Ou vous avez peut-être plein de petits morceaux d'argile durcis qui trainent sur votre table de travail ou autour de votre tour de potier ? Pas de problème, tout se récupère !

Ce qui est chouette avec l'argile , c'est que tant qu'elle n'est pas cuite, elle sera toujours réutilisable. Même si vous avez laissé votre terre à l'air libre plusieurs années, même si elle était stockée en extérieur et qu'elle a subi le gel, rien de grave, ne la jetez pas car vous pouvez encore vous en servir et lui donner une seconde vie !

Tout d'abord, un peu de théorie (pour la culture)

C'est quoi la terre ?

L'argile ou la terre est créée par décomposition de roches par érosion. L'érosion peut se faire par l'action de l'eau, de glaciers ou du vent. C'est un processus très lent qui existe depuis des millions d'années et qui est encore en cours. Du coup on retrouve de l'argile un peu partout sur la planète. 

Vu que les roches qui s'érodent sont différentes en terme de composition chimique, on va trouver suivant les endroits des argiles différentes. Les fabricants de terre récupèrent cet argile dans de grandes carrières. Pour pouvoir les utiliser, un traitement est fait afin d’ôter les impuretés. Suivant les terres voulues, on va également rajouter ou non d'autres éléments.
Pour en savoir plus sur les types d'argiles, nous vous conseillons de lire cet article sur les différentes sortes d'argiles et leurs particularités.

Même si c'est tout sec, tant que ce n'est pas cuit ça reste cassant... Et ça se recycle !

Super ! Du coup je peux récupérer mon argile dure ?

Oui, tant que l'argile n'est pas cuite, elle est récupérable. C'est uniquement si on la cuit au dessus de 570°C (valeur qui peut légèrement varier selon les terres) qu'on ne pourra plus récupérer l'argile.

Attention: l'argile autodurcissante ne se recycle pas ! 

Nous allons donc voir ensemble comment récupérer cette argile qui a durci.

Les étapes à suivre pour recycler son argile

Etape 1 : on réhumidifie la terre

Au départ, vous avez un pain de terre dur ou différents morceaux qui sont tout secs un peu comme ça:

Terre sèche avant recyclage

Morceaux d'argile secs que l'on va recycler.

 

Il peut s'agir de déchets issus du tournassage, de ratés, d'un pain abandonné trop longtemps,... 

Pour commencer, il suffit de prendre tout ces morceaux et de les faire tremper dans un seau ou un bac rempli d'eau:

humidification de l'argile

Petit bain pour nos morceaux d'argiles durcis.

Maintenant que nos morceaux sont dans un bac d'eau, il va falloir attendre quelques jours. Pas de règle, cela dépend vraiment de la taille des morceaux, mais d'habitude au bout d'une semaine on arrive à la texture souhaitée (l'essentiel est que tous les morceaux soient dissous dans l'eau). On peut de temps en temps remuer tout ça.

Une autre solution possible si vous avez un gros morceau de terre dure (mais pas trop sec) : 
on emballe cette terre d'un chiffon humide (ou une serviette éponge) et d'un film plastique pour ramollir la terre. Dans ce cas précis, il faut attendre un peu plus longtemps.

Petit conseil issu de notre atelier :

Prévoir un seau d'eau par type de terre que vous utilisez. Dans notre atelier nous avons sur chaque seau rempli d'eau une étiquette qui indique quel type de terre il s'agit. Nous faisons cela pour éviter de mélanger des argiles qui peuvent avoir des chamottes différentes. Si vous utilisez de la faïence et du grès c'est encore plus important pour éviter les drames à la cuisson. 

Etape 2 : on étale la terre sur une plaque en plâtre

Après quelques jours (ou une semaine suivant la taille de vos morceaux), la terre devrait avoir ramolli dans le seau. L'idée est donc maintenant de la sortir et de l'étaler pour la faire sécher. L'idéal est d'étaler l'argile humide sur une plaque en plâtre.
Pourquoi du plâtre? Tout simplement parce que le plâtre a la faculté d'absorber l'eau, ce qui est idéal dans notre cas.

Si on n'est pas équipé, une plaque de placoplâtre (trouvable en magasin de bricolage) peut faire l'affaire mais il va falloir faire attention au papier qui la recouvre. Ce serait dommage de se retrouver avec plein de papier dans l'argile recyclée.
Sinon il est toujours possible de fabriquer vous même votre plaque en plâtre en achetant du plâtre en magasin et en coulant une plaque sur un support plat (nous allons essayer de vous faire un petit tutorial là-dessus dans les prochains temps). Dans ce cas il faut prévoir une épaisseur de plaque d'au moins 5cm.

On va donc récupérer la terre molle au fond de notre seau et la mettre sur notre plaque de plâtre, ça donne ça:

De la bonne bouillasse qui sèche. 

 

A ce stade là, nous avons quelque chose de forcément très humide. Il va donc falloir sécher toute cette masse de terre. Le temps va dépendre de l'épaisseur de la terre étalée, de l'humidité de la plaque de plâtre mais aussi de la température ambiante.
D'habitude après 24 heures de séchage la texture devient idéale (l'argile durcit au niveau de la surface inférieure au contact du plâtre) :

La partie en contact avec le plâtre est bien sèche ce qui n'est pas le cas de la partie visible.

Etape 3 : on retourne la terre

La terre a commencé à sécher mais par contre la partie supérieure est encore humide alors que celle qui était en contact avec le plâtre est à la bonne texture. Du coup pour uniformiser un peu le séchage, on va retourner la plaque de terre:

On vient de retourner notre plaque de terre pour assurer un séchage homogène.

Il suffit d'attendre à nouveau 24 heures

Etape 4 : on malaxe la terre

Ça y est ! Notre terre est désormais à la bonne texture, par contre il va falloir homogénéiser le tout en la malaxant à la main. Il s'agit d’ôter toutes les bulles d'air qui ont pu rester coincées et de bien mélanger l'ensemble :

Argile en cours de malaxage qui va bientôt pouvoir être réutilisée.

Cet argile que l'on pensait inutilisable est à nouveau recyclée pour faire de nouvelles créations. Alors oui, le processus est assez long, il nécessite du temps et un peu d'effort mais cela vaut clairement le coup. On peut ainsi avoir très peu de pertes et ainsi faire du bien à environnement et aussi au portefeuille !

Une des autre solution pour recycler sa terre est de s'équiper d'une boudineuse. Il s'agit d'une machine qui va malaxer la terre et la désaérer (= faire sortir les bulles d'air). On va donc s'économiser toute l'étape 4. Il s'agit par contre d'une machine assez coûteuse (plusieurs milliers d'euros selon les modèles), il faut avoir de grandes quantités d'argiles à recycler au quotidien pour que cela devienne rentable.

Ce qu'il faut retenir

En conclusion (et pour ceux qui ont la flemme de tout lire) :

  1. Je collecte au quotidien tous mes déchets de terre dans un seau spécifique (un seau par type d'argile)
  2. Une fois que mon seau est plein, je le remplis d'eau et laisse le tout ramollir une semaine
  3. J'étale la pâte (argile ramollie) obtenue sur une plaque de plâtre
  4. Au bout de 24 heures, je retourne la terre
  5. Après encore 24 heures, je peux malaxer la terre et la réutiliser
  6. Pas de déchets et je donne une seconde vie à mon argile !

Et parce qu'une vidéo est souvent plus explicite, nous avons résumé notre recyclage de la terre en vidéo, c'est par ici :

On espère que ça vous rendra service, si vous avez des questions, n'hésitez pas à nous contacter !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)